my . artist run website

Le projet

Fovea, Sarah Seené

 

Série de portraits analogiques et installation sonore mettant en lumière des jeunes québécois malvoyants et aveugles.


Portrait d'Alex, 18 ans - Sarah Seené - Polaroid, Montréal, 2017

 

Description du projet

Le projet Fovea regroupe une série de portraits réalisés en Polaroid et 35mm. Il s'agit de portraits d'adolescents et de jeunes adultes québécois atteints de différents types de déficience visuelle, aux antipodes des clichés. J'ai choisi de travailler sur une tranche d'âge allant de l'adolescence à la trentaine, pour questionner la projection dans l'avenir. Après plusieurs rencontres avec chacun des participants pour solidifier leur confiance, je les ai invités pour les prises de vue, à choisir un lieu dans lequel ils se sentent bien, à poser avec des objets qui les représentent et qui mettent en lumière leurs passions et leurs projets professionnels, dans des mises en scène poétiques. Au moment de la réalisation des photographies, je leur ai détaillé précisément ce que je comptais photographier, comment je souhaitais les mettre en scène et ce que l'on allait voir sur l'image. Le premier medium photographique choisi pour la le projet Fovea, le Polaroid, est un objet sensoriel unique. C'est une image que l'on peut immédiatement tenir dans ses mains juste après qu'elle soit sortie de l'appareil. Les participants du projet, découvrent les premières images en les touchant, tout comme le matériel photographique. Une fois que le lien de confiance est établi, je les photographie en 35mm, pellicule que je développerai à la main. À chaque adolescent correspond alors une série de photographies arhentiques et Polaroid (environ 12 images par jeune ou par duo).

 

J'envisage par la suite d'ajouter une seconde dimension à cette exposition, pour qu'elle soit dédiée aux malvoyants et aux personnes aveugles. En effet, je souhaite disposer au mur, à proximité de chaque série de photographies, une description précise et détaillée de chaque image en gros caractères mais aussi en braille. Ces textes seront spécialement créés pour l'exposition. Ainsi, le public malvoyant et non-voyant pourra vivre l'expérience de l'exposition, au même titre que le public voyant.

 


Portrait d'Alex, 18 ans - Sarah Seené - 35mm, Montréal, 2017

 

La démarche

Depuis 2012, mon travail consacré exclusivement à la réalisation de séries de photographies argentiques (pellicule 35mm, 120mm développée à la main, ou Polaroid) mette en lumière le concept de la résilience développé par le neuropsychiatre français Boris Cyrulnik qui la définit ainsi : ''Comme dans tout développement, on ne pourra parler de résilience que longtemps après, lorsque l'adulte enfin réparé, avouera le fracas de son enfance. La résilience constitue donc un processus naturel qui se tricote avec ses milieux écologiques, affectifs et verbaux.'' (Extrait de l'ouvrage Un merveilleux malheur, 2002, Editions Odile Jacob).Dans mon travail global, j'ai effectué durant plusieurs années, une recherche introspective visant à saisir les contours et à appréhender ma propre résilience, à travers l'exploration du syndrome du choc post-traumatique en lien avec mon histoire personnelle.

Pour la série Fovea, c'est la résilience d'autrui qui s'inscrit dans ma démarche, en ce qui concerne la déficience visuelle des jeunes.

 

La fovea définit ''la zone de la rétine où la vision des détails est la plus précise. Elle est située dans le prolongement de l'axe visuel de l’œil.'' (Larousse, 2018)

 

Né de différentes rencontres humaines et intimes, ce projet artistique questionne également l'existence, la réalité de la photographie lorsqu’elle ne peut être totalement vue par les personnes elles-mêmes photographiées. Que ces jeunes aient vécu un accident, subi un AVC ou qu'ils soient nés avec une pathologie dégénérative de l’œil ; qu'ils soient touchés par un handicap partiel ou une cécité, tous témoignent d'une immense capacité de résilience au quotidien.

Il me paraît intéressant de mettre en parallèle la déficience visuelle et la pratique de la photographie, pareille au fonctionnement de l’œil. Au croisement de la photographie artistique et documentaire, la série de portraits Fovea tente de recréer le rapport poétique et authentique que les jeunes atteints de déficience visuelle entretiennent avec le monde qui les entoure, à travers mon propre regard, en tant qu'artiste et personne ''voyante''.